logo article ou rubrique
La disparition des insectes est bien plus importante que prévu
Article mis en ligne le 13 novembre 2019

30.10.2019 | Beate Kittl / TUM | News WSL
En de nombreux endroits, on observe aujourd’hui pratiquement un tiers d’espèces d’insectes en moins qu’il y a dix ans. Ce résultat émane d’une étude coordonnée par l’université de Berne, et à laquelle participe l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL. La raréfaction des espèces touche surtout les prairies situées dans des zones agricoles exploitées intensivement, mais aussi les forêts et les aires protégées.

Plusieurs études ont déjà démontré que les prairies allemandes sont beaucoup plus silencieuses qu’il y a à peine 25 ans. « Les études antérieures se sont toutefois concentrées soit uniquement sur la biomasse, donc sur le poids total de tous les insectes, soit sur une espèce ou un groupe d’espèces bien défini. Le fait qu’une grande partie de tous les groupes d’insectes soit touchée n’était jusqu’ici pas évident », confirme le responsable de l’étude, Sebastian Seibold de l’Université technique de Munich (TUM).

Dans le cadre d’une étude d’une très grande ampleur, l’équipe internationale a relevé entre 2008 et 2017 un grand nombre de groupes d’insectes dans le Brandebourg, la Thuringe et le Bade-Wurtemberg. Les résultats viennent de paraître dans la revue scientifique Nature.

 Les insectes des prairies et des forêts sont touchés

Les scientifiques ont collecté plus d’un million d’insectes sur 300 parcelles et ont ainsi pu démontrer que parmi les 2700 espèces étudiées, de nombreuses sont en régression. Plusieurs espèces rares n’ont même plus été observées au cours des dernières années dans certaines des régions étudiées. En forêt et dans les prairies, les scientifiques décomptent après dix ans environ un tiers d’espèces d’insectes en moins.

« Jusqu’ici, nous ne savions pas vraiment si la forêt était concernée par la disparition des insectes, et dans quelle mesure », poursuit Sebastian Seibold. L’équipe a constaté que la biomasse des insectes dans les forêts étudiées avait diminué d’environ 40 % depuis 2008. Dans les prairies, les résultats sont encore plus alarmants : à la fin des observations, la biomasse des insectes était tombée à un tiers de son niveau antérieur.

« Nous ne nous attendions pas à constater une telle régression en à peine une décennie. C’est effrayant, mais en phase avec de plus en plus d’études » s’inquiète Wolfgang Weisser, professeur d’écologie terrestre à la TUM, et l’un des initiateurs du projet.

Ce sont surtout les prairies à proximité de surfaces agricoles exploitées intensivement qui sont touchées par la disparition des insectes. Photo : Dr. Ulrike Garbe / Landesamt für Umwelt, Brandenburg

La disparition des insectes affecte à la fois les forêts exploitées de manière intensive et les hêtraies non exploitées. Photo : Ulf Pommer, Biodiversitäts-Exploratorien

Les populations d’insectes comme celle du criquet des clairières (_Euthystira brachyptera_) ont fortement diminué. Photo : Martin Fellendorf, Université d’Ulm. La photographie peut être transmise et utilisée.

 L’environnement est essentiel

Tous les sites échantillonnés en forêt et dans les prairies sont concernés : pâturages à moutons, prairies soumises à fauche et épandage trois à quatre fois par an, forêts de résineux marquées par l’exploitation, et même des forêts inexploitées situées dans des aires protégées. Le plus fort déclin a été observé dans les prairies particulièrement entourées de terres agricoles, et où les espèces incapables de couvrir de grandes distances sont tout particulièrement touchées.

En forêt, par contre, ce sont avant tout les groupes d’insectes qui se déplacent assez loin qui disparaissent. « Nous devons encore vérifier si les espèces forestières les plus mobiles entrent en contact plus étroit avec les zones agricoles lors de leurs déplacements, ou si les causes de leur disparition dépendent également des conditions de vie en forêt », explique Martin Gossner, entomologiste au WSL à Birmensdorf, et co-auteur de l’article.

 Les initiatives locales isolées pour protéger les insectes n’ont que peu de chances de réussir

« Ce résultat illustre la forte plus-value d’une recherche interdisciplinaire à long terme soigneusement coordonnée. La disparition des insectes a en effet pu être documentée et comprise de manière beaucoup plus précise et complète qu’avec des études individuelles », commente Markus Fischer, professeur d’écologie végétale à l’Université de Berne et principal initiateur du programme de recherche.

« Les initiatives actuelles contre la disparition des insectes se concentraient beaucoup trop sur la gestion de parcelles isolées, et ceci sans coordination particulière », regrette Sebastian Seibold. « Pour arrêter ce déclin, nous devons développer une meilleure coordination au niveau régional et national, fondée sur nos résultats. »

Communiqué original de la Technische Universität München

L’étude a été effectuée au sein d’un projet mené dans l’ensemble de l’Allemagne, les Biodiversitäts-Exploratorien (https://www.biodiversity-exploratories.de). Cette plate-forme ouverte de recherche est financée par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et coordonnée par le Professeur Markus Fischer de l’Université de Berne. Elle rassemble des scientifiques des universités de Berne, de Darmstadt, de Düzce (Turquie), de Fribourg, de Göttingen, de Marbourg, de Salzbourg, des universités techniques de Munich et Wurtzbourg ainsi que de l’Institut Max-Planck de biogéochimie de Iéna et de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL (Birmensdorf).

Le programme de recherche a notamment pour objet les interactions entre différentes composantes de la biodiversité, notamment entre la diversité des plantes et celle des insectes en forêt et dans les prairies. Il vise par ailleurs à éclairer l’impact de différentes formes d’exploitation de la forêt et des prairies sur la biodiversité et sur les processus au sein d’un écosystème.