logo article ou rubrique
Réforme des retraites, les dates clés du « sociocide ».
Article mis en ligne le 4 janvier 2020

Alors que les concentrations des richesses n’ont jamais atteint de tels records...
La réforme des retraites tout comme la loi-travail ou la loi sur l’assurance-chômage ne sont pas des réformes « uniquement » économiques mais un programme politique d’une grande violence [1] envers les salariés et la société civile [2].
Un véritable putsch est en cours par une ploutocratie avide, aveugle et obstinée qui ne conçoit le monde que comme un vaste openspace auto surveillé où n’existent plus que la spéculation, le rentable, la compétition et le profit.
Alors que devraient se poser d’urgence des questions du genre : quelle type de société devons-nous construire pour que des retraites existent encore dans 30 ans ? Retraites et environnement font partie du même sujet, la durabilité de l’humanité...

1945 : Ambroise Croizat créé la sécurité sociale, une caisse qui permet de palier au chômage, à la retraite et à la maladie. C’est une caisse indépendante de l’État dont les salariés sont majoritaires.
1967 ordonnances Jeanneney imposent le paritarisme entre salariés et employeurs.
1980 La « chosification » des salariés commence avec l’appellation « ressources humaines ».

1990 Création de la CSG, l’État met un premier pied dans la porte dans cette caisse qui ne lui appartient pas.
La notion de « complémentaire santé » (rendue obligatoire en 2006) entretient les citoyens à une capitalisation dans des structures privées.
2018 la suppression de cotisations salariales signe une disparition de la parole des salariés aux tables des négociations.
2019 La notion de points permet d’indexer à volonté sur les fluctuations boursières ou économiques (comme un prêt à taux variable), le piège absolu.

REFUSONS CE MODÈLE DE SOCIÉTÉ ABERRANT ET NUISIBLE !
DÉFENDONS UNE SOCIÉTÉ VIABLE POUR TOUS

. des projets au réel bénéfice des citoyen-nes :
qualité de vie, logement, transports en commun, services publics, emplois durables et décemment payés, culture.
. restaurer la parole citoyenne et la notion d’intérêt général.
. endiguer la spéculation immobilière, la bétonnisation sauvage.
. favoriser les commerces et entreprises non franchisés.
. réhabiliter les centres villes (habitat, commerces, entreprises)
. maintien des terres agricoles et accompagnement vers le bio, aide à l’installation, restaurer d’urgence les haies...

Citoyen.nes, décidez de votre avenir...