Trois collectifs anti-F1 en Ile-de-France reçus par la préfecture de région
Article mis en ligne le 4 septembre 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

04/09/09 08:54

Trois collectifs contre l’implantation d’un circuit de Formule-1 sur l’un des trois sites en Ile-de-France ont été reçus jeudi à la Préfecture de région à Paris où ils ont fait valoir leur "ferme opposition" à ce projet, a-t-on appris à Meaux (Seine et Marne) auprès des responsables.

Les collectifs Val d’Oise sans F1, Court-circuit Val d’Europe (Seine-et-Marne) et Flins sans F1 (Yvelines) considèrent un tel circuit comme "un investissement du passé, à l’heure du bilan carbone, totalement contraire au Grenelle de l’Environnement, indécent en période de difficultés économiques", soulignent-il dans un communiqué rendu public à l’issue d’une rencontre avec le préfet-secrétaire général de région.

Ils réaffirment leur "ferme opposition à un nouveau circuit de formule 1 dans la région" et envisagent de "porter cette problématique au niveau des thèmes à débattre lors des prochaines régionales", a expliqué à l’AFP Thierry Gayot, porte-parole de Court-Circuit Val d’Europe.

Chaque tête de liste aux régionales sera invité à se prononcer clairement sur la question, a pour sa part ajouté Jean Mallet, du collectif Flins sans F1.

Les trois associations avancent que ce projet est inapproprié pour la région pour plusieurs raisons : "le détournement de terrains agricoles", l’existence des zones "fortement urbanisées sensibles aux problèmes de bruit, de pollution et aux difficultés de circulation, l’utilisation inconnue du circuit sur toute l’année hors Grand Prix" et "l’illusion sur l’emploi" dans la région.

Les trois collectifs reprochent à l’Etat, "impacté par les lobbying que font Lagardère, Prost et la F-1" de manquer de "position claire" sur la question, a regretté M. Gayot et proposent le maintien du Grand Prix de France à Magny-Cours.

D’après AFP