logo article ou rubrique
Des batteries fabriquées à partir … de papier ordinaire
Article mis en ligne le 12 décembre 2009

Avant de se lancer dans des usines de batterie, voyons où en est cette technologie...

Trempées dans un bain d’encre à base de nanotubes de carbone, les feuilles de papier se transforment en électrodes susceptibles d’entrer au cœur des batteries, piles et supercondensateurs.

Du papier ordinaire transformé en d’électrodes de batterie en le trempant simplement dans un bain d’encre à base de nanotubes de carbone !

L’idée est sérieusement explorée par des chercheurs aux Etats-Unis. Leurs travaux font l’objet d’un article dans Technology Review du MIT de décembre 2009.

Selon cet article, des chercheurs de l’Université de Stanford testent cette technologie sur des supercondensateurs et des batteries lithium-ion. De par sa structure poreuse, le papier absorbe naturellement les nanotubes, devenant un matériau hautement résistant et conducteur, tout en restant souple. Il peut alors être utilisé comme électrodes bon marché dans des dispositifs de stockage d’énergie pour alimenter les appareils électroniques portables. Car en plus de sa résistance, sa légèreté et sa conductivité électrique, il offre l’avantage de stocker une grande densité d’énergie.

Selon l’article, les chercheurs de Stanford testent différentes encres à base de nanotubes. Jusqu’à présent, c’est un mélange de semi-conducteurs et de nanotubes métalliques qui est expérimenté. Les chercheurs testent aussi différentes façons d’amener les nanotubes sur le papier, y compris la peinture à la plume ou au pinceau pour la création de motifs complexes.

Le sujet intéresse aussi des chercheurs au MIT et à l’Université de Michigan.

Ridha Loukil

Pour en savoir plus : http://www.pnas.org