GPSEO : comment l’éléphant accoucha d’une souris.
Article mis en ligne le 17 janvier 2020
dernière modification le 19 janvier 2020

 Communiqué


On a décidément le sens de la mise en scène dans les Yvelines.
Après plusieurs éclats d’humeur d’orgueil blessé, notre trublion régional convoque l’ensemble des élu.es pour un soit-disant vote "sanction" à l’égard de l’entreprise "CALCIA" soudainement devenue "voyou" suite à l’annonce du déménagement de son technocentre.

Cette entreprise bénéficie pourtant d’un indéfectible soutient depuis toujours de la part de Mr.Bédier, Mr.Tautou, Mr.Brot, Mr.De Rugy, Mme.Borne... à grand renfort de Zone109, PIG, PLUI, dérogations pollutions et autres passe-droit démocratiques. L’inscription de la zone109 dans le PLUI a été imposée malgré un vote d’opposition de 65% des élu.es le 27 septembre 2018 [1]
La séance était normalement publique mais ne seront autorisés à rentrer qu’une vingtaine de citoyen.nes sur des critères aussi opaques que discriminatoires, une certaine vision de la démocratie.

Il n’existe pas de compte rendu de séance, juste la très courageuse et ambitieuse motion votée avec brio cet après midi du 16 janvier (en bas de page). On sent bien qu’une page environnementale, sociale, majeure vient de se tourner.
Comme toute manipulation qui se respecte, les mots carrières, cimenterie, pollution (la cimenterie est en non conformité depuis 2015), emplois (comment assurer une reconversion ou une indemnisation pour celles et ceux qui seraient visé.es par un licenciement) sont soigneusement évités. Laissant ainsi possibles toutes interprétations.

Nous voilà rassuré.es et plus déterminé.es encore...

Reste à identifier qui est l’état et quel est le réel pouvoir de ces 129 élu.es (dont 15 vices présidents) autre que de demander des faveurs ou grâces.

Il est donc proposé au conseil la motion suivante :

  • Les élus de la Communauté urbaine demandent à l’État d’examiner toutes les possibilités de revenir sur les autorisations délivrées à l’entreprise CALCIA tout en veillant particulièrement au respect des normes et contreparties environnementales.
  • Les élus de la Communauté urbaine prennent l’engagement de modifier sans délai le document d’urbanisme de la communauté urbaine en cas d’annulation par l’État des autorisations accordées à l’entreprise CALCIA.

 Vidéo

 Enregistrements

Dans l’ordre des interventions

01-Bédier
02-charbit-aulnay-mauldre
3-le-bihan-porcheville
04-beguin-sailly
05-pascal-bedier-brueil
06-president-seance
07-vote
08-bicherour-lesmureaux
09-senee-evequemont
10-silence-et-reponses-evasives
intégralité de la séance